Investigations moléculaires sur l’origine de l’hybride naturel Phytophthora alni, parasite émergent responsable du dépérissement de l’aulne en Europe

 

R. Ioos (1,2), A. Andrieux (1), P. Frey (1)

 

(1) INRA, UMR1136, équipe de Pathologie Forestière, route d’Amance, 54280 Champenoux

(2) Laboratoire National de la Protection des Végétaux, UMAF, Domaine de Pixérécourt, 54220 Malzéville

 

 

Depuis le début des années 1990, la population naturelle d’aulnes en Europe est menacée par l’apparition d’une nouvelle maladie causée par un Phytophthora. Ce dernier est capable de provoquer la mort d’un arbre adulte en moins de trois années. Il a été démontré que cet Oomycète, Phytophthora alni, est un hybride naturel dont les espèces parentales sont encore mal définies, bien qu’il ait été suggéré que P. cambivora était une des espèces impliquées (Brasier et al., 1999). P. alni se décline en plusieurs variants, tous pathogènes sur aulne mais suffisamment différents sur les plans morphologique et génétique pour être aujourd’hui séparées en sous espèces : P. alni subsp. alni (Paa), P. alni subsp. uniformis (Pau) et P. alni subsp. multiformis (Pam) (Brasier et al., 2004). Afin de mieux comprendre la genèse de cet hybride et la relation entre les trois sous-espèces, la présence et la distribution des allèles de plusieurs gènes nucléaires contenant des introns ont été étudiées sur une large collection de P. alni et d’espèces phylogénétiquement proches. En complément, l’ADN mitochondrial a été étudié par RFLP et par séquençage de deux gènes. La combinaison des données nucléaires et mitochondriales montre que i) Pau ne semble pas avoir été impliqué par une réticulation, ii) Pam présente deux allèles fortement divergents pour chaque gène nucléaire étudié, traduisant le fait que cette espèce aurait été concernée par une réticulation ou une autopolyploidisation, iii) Paa cumule les allèles présents chez Pam et Pau et a probablement été créé par hybridation entre Pam et Pau ou d’espèces qui leur sont très proches, et ceci à plusieurs occasions.

 

Références :

Brasier, C.M., Cooke, D.E.L., and Duncan, J.M., 1999. Origin of a new Phytophthora pathogen through interspecific hybridization. P.N.A.S. 96, 5878-5883.

Brasier, C.M., Kirk, S.A., Delcan, J., Cooke, D.E.L., Jung, T., and Man in’t Veld, W.A. 2004, Phytophthora alni sp. nov. and its variants: designation of emerging allopolyploid hybrid pathogens spreading on Alnus trees. Mycol. Res. 108, 1172-1184.