Enseigner la phytopathologie et la protection des cultures aujourd'hui

S. Savary
ENSAR, Ecologie et Sciences Phytosanitaires, 65 rue de Saint-Brieu, 35042 Rennes cedex

La phytopathologie fait partie d'un ensemble de connaissances qui souvent est enseigné dans le cadre d'une formation concernant la protection des cultures. Réciproquement, la protection des cultures, en tant que thème d'enseignement, peut représenter un domaine d'application utile pour les étudiants en Biologie. Une difficulté importante consiste alors à intégrer, et replacer, la phytopathologie dans un cadre conceptuel clair. Pour cela, un certain nombre de concepts, communs à l'ensemble de la protection des cultures contre les pathogènes, les arthropodes, ou les adventices, existent. Huit de ces concepts sont brièvement évoqués, parmi lesquels les notions de co-adaptation (évolution dirigée ou co-évolution), les structures de dynamiques populationnelles (de mono à polycycliques et polyétiques), ou les mécanismes de dommages occasionnés aux peuplements végétaux. La phytopathologie est utile pour illustrer ces concepts; ces concepts permettent aussi d'identifier les caractéristiques distinctives des relations plantes-pathogènes par rapport aux relations plantes-insectes, ou plantes-adventices, par exemple. Aujourd'hui, l'enseignement de la phytopathologie ne peut plus s'envisager que dans un cadre collégial; c'est encore plus vrai s'agissant de la protection des cultures. Des réseaux de formation sont nécessaires pour mettre en commun ces compétences. Trois conditions détermineront le succès et la survie de ces réseaux dans le futur : la mise en oeuvre d'outils modernes de communication, la synergie des disciplines, et l'usage d'une langue d'enseignement accessible aux étudiants, compatible avec un enseignement supérieur, et adaptée à une offre d'emploi à la fois spécifique et fluide.










Copyright Cirad 2004 - Contact : Cathy Lyonnet