Analyse fonctionnelle de PLS1 (tétraspanine) et de BIP1 (facteur de transcription) essentiels à la pathogénie de Magnaporthe grisea

K. Lambou(1), C. Fargeix(1), J. Catusse(1), F. Cottier(1), M. Gourgues(1), J. Cots(1), A. Tag(2), P.-H. Clergeot(1), C. Barbisan(1), M.P. Latorse(1), P. Perret(1), J. Munson(2), T. Thomas(2), R. Beffa(1) and M.-H. Lebrun(1)
(1) FRE 2579 CNRS et BMB Dpt, Bayer Cropscience, 14-20, rue Pierre Baizet - 69 263 LYON Cedex 02
(2) Biology Dpt, TAMU, College Station, USA

Le gène PLS1 est nécessaire à la pathogénie de Magnaporthe grisea dans les feuilles de riz. Le mutant nul punchless (pls1:hph) différentie des appressoria incapables de pénétrer dans les tissus de la plante hôte. PLS1 code une protéine membranaire appartenant à la famille des tétraspanines. Chez B. cinerea, l'orthologue de PLS1 est également nécessaire à la pénétration du champignon dans ses plantes hôtes. Les tétraspanines fongiques possèdent des domaines conservés, tels que la petite boucle intracellulaire, des motifs de la grande boucle extracellulaire et l'extrémité C-terminale. Les motifs à cystéine de la grande boucle extracellulaire interviennent quantitativement dans la fonction de Pls1, tandis que l'extrémité C-terminale est nécessaire aussi bien à l'adressage de Pls1 qu'à sa fonction. Afin d'identifier les fonctions contrôlées par Pls1, nous avons réalisé une comparaison des profils d'expression de la souche sauvage P1.2 et du mutant pls1:hph à différents stades du développement appressorial en utilisant des puces à oligonucléotides (puces Agilent) comportant tous les gènes de M. grisea. Les quelques gènes réprimés chez le mutant pls1:hph correspondent à des fonctions impliquées dans la sécrétion des protéines. Le gène BIP1 est essentiel pour la pathogénie de M. grisea. En effet, le mutant d'insertion bip1:hph est non-pathogène pour l'orge et présente une pathogénie très réduite pour le riz. Bip1 possède un domaine b-ZIP N-terminal caractéristique de la famille des facteurs de transcription Gcn4. Nous avons identifié des orthologues de BIP1 chez Neurospora crassa et Fusarium graminearum, mais pas chez la levure. Nous avons caractérisé l'étape du cycle infectieux altérée chez le mutant bip1:hph. Le mutant bip1:hph différentie des appressoria mélanisés qui ne pénètrent pas dans la feuille, ou très tardivement (3 jours p.i.). Un mutant de délétion de l'ORF du gène BIP1 a été obtenu par remplacement de gène (bip1D:hph). Ce mutant ne provoque aucun symptôme sur orge et sur riz et différencie des appressoria mélanisés incapables de pénétrer. Afin d'identifier les fonctions cellulaires régulées par ce facteur de transcription, une analyse comparative des profils d'expression des appressoria de la souche sauvage P1.2 et des mutants d'insertion bip1:hph et de délétion bip1D:hph est en cours à l'aide de puces à ADNc de M. grisea (4000 gènes). Cette analyse nous permettra d'identifier les gènes régulés par ce facteur de transcription.











Copyright Cirad 2004 - Contact : Cathy Lyonnet