Structuration génétique au sein du complexe Botrytis cinerea inférée à partir de marqueurs microsatellites

E. Fournier(1), R. Meziani(1), E. Balsemin(1), T. Giraud(2), Y. Brygoo(1)
(1) INRA Unité PMDV, Route de Saint-Cyr, 78000 Versailles
(2) CNRS- ESE, Bâtiment 360, Université Paris Sud, 91405 Orsay Cedex

Le complexe d'espèces Botrytis cinerea est formé d'au moins deux espèces cryptiques, appelées B. cinerea Groupes I et II, précédemment mises en évidence par la confrontation de 4 généalogies de gènes neutres indépendantes (Fournier et al. in prep). Au sein du Groupe II, ces 4 généalogies sont non concordantes et non résolutives : aucune structuration génétique n'apparaît en fonction de l'origine géographique, le symptôme, la plante-hôte ou la présence d'éléments transposables (souches transposa : présence d'ET actifs dans le génome / souches vacuma : absence d'ET ou ET inactivés par ripping). La question est de savoir si cette absence de résolution est due à l'existence d'échanges génétiques libres au sein du Groupe II, c'est à dire à une absence de structuration (panmixie), ou au contraire s'il existe des populations structurées non révélées par l'approche phylogénétique (trop faible niveau de polymorphisme des marqueurs utilisés, introgression, persistence de polymorphismes ancestraux). Seule l'utilisation de marqueurs hautement polymorphes peut permettre de trancher entre ces deux hypothèses (panmixie versus structuration)..
Neuf marqueurs microsatellites ont donc été développés pour l'espèce B.cinerea Groupe II. Des populations sympatriques de souches nobles, grises, vacuma et transposa, sur vigne et sur ronce, ont été récoltées dans différentes régions françaises (Angers, Colmar, Bordeaux, Bourgogne), et génotypées. Les résultats confirment la très forte variabilité génétique des populations. Aucune structuration n'apparaît en fonction du symptôme ou du statut vacuma/transposa. Par contre, les populations semblent faiblement structurées en fonction de la plante hôte. Les conditions d'une éventuelle spécialisation sympatrique en fonction de la plante sont discutées.









Copyright Cirad 2004 - Contact : Cathy Lyonnet