Détection, répartition spatio-temporelle et phénotype des deux sous-populations de Botrytis cinerea (transposa, vacuma) dans le vignoble bordelais.

Fabian Martinez, Marc Fermaud, Pascal Lecomte, Bernadette Dubos
Unité Mixte de Recherches en Santé Végétale INRA-ENITAB, BP 81, 33883 Villenave d'Ornon cedex, France

La Pourriture grise, due à Botrytis cinerea, est actuellement considérée par les viticulteurs comme une maladie mal maîtrisée et extrêmement préjudiciable à la quantité et à la qualité de la vendange. Nos études montrent que l'évolution de la maladie sur les baies en fin de saison n'est corrélée à aucune quantification de l'inoculum ou de l'expression des symptômes dans les phases épidémiques précoces (avant la véraison, stade d'acquisition de la réceptivité des baies). L'existence de deux sous-populations sympatriques de B. cinerea (vacuma et transposa), mises en évidence en Champagne, pourrait expliquer ce phénomène. Cependant, d'éventuelles différences phénotypiques ou dans la capacité adaptative des souches des deux sous-populations n'avaient pas encore été décrites.
Dans un premier temps, nous avons développé un test PCR permettant de distinguer les deux sous-populations. Il a été validé avec des souches préalablement caractérisées par dot blot par l'équipe d'Y. BRYGOO. Ainsi, nous avons étudié la structure génétique des populations en 2000 dans le vignoble bordelais sur environ 400 souches monospores. Elle s'avère très dépendante du stade phénologique, de l'organe hôte et du site de prélèvement (3 parcelles étudiées).
Il apparaît, comme en Champagne, une évolution rapide de la répartition des deux sous-populations au cours de la saison, avec une forte présence de B. vacuma avant la véraison et sa quasi-disparition à la vendange. L'effet de l'organe hôte est également significatif : deux fois plus de B. vacuma sont détectées sur les inflorescences et sur les feuilles par rapport aux baies.
En parallèle, les deux sous-populations ont été comparées par une étude de la croissance mycélienne sur milieux synthétiques et de la pathogénie sur deux plantes hôtes (Tabac et Vigne). Elle nous a conduit à émettre l'hypothèse d'une population B. vacuma mieux adaptée au saprophytisme. Aussi, ces souches présenteraient une aptitude particulière à la colonisation des inflorescences de la vigne, en particulier des pièces florales sénescentes.
Les fortes différences observées dans l'évolution temporelle du ratio des deux sous-populations de B. cinerea pourraient expliquer l'absence de relations entre les phases épidémiques précoces et tardives (avant et après la véraison). L'impact de l'infection des pièces florales par B. transposa sur le développement épidémique ultérieur de la maladie reste cependant à préciser. L'estimation de la fréquence relative des deux sous-populations à la floraison pourrait alors s'avérer un paramètre épidémiologique déterminant. Notre objectif à long terme est de proposer un outil de prévision du risque de Pourriture grise à la vendange qui intègre de tels indicateurs populationnels en tenant compte, également, de l'évolution du potentiel réceptif de la baie au cours de la saison et des caractéristiques climatiques qui président au développement épidémique explosif en fin de saison.




Copyright Cirad 2001 - lyonnet@cirad.fr