Mécanismes moléculaires des résistances aux fongicides chez Botrytis cinerea

Sabine Fillinger et Pierre Leroux
INRA Versailles-Grignon, Unité de Phytopharmacie et Médiateurs Chimiques, Route de Saint-Cyr, 78026 Versailles cedex

Botrytis cinerea est un champignon phytopathogène polyphage responsable de la pourriture grise sur la vigne, ceci a des répercussions qualitatives et quantitatives sur la production de vin. Sur cette culture sa présence est toutefois recherché lorsqu'il provoque la pourriture noble. L'application de fongicides constitue le principal moyen de lutte contre la pourriture grise avec, comme conséquence, la sélection de souches résistantes. Le suivi des populations de B. cinerea collectées dans le vignoble champenois nous a permis de caractériser les cas de résistance suivants :
§ Benzimidazoles et phénylcarbamates : mutations ponctuelles du gène de la b-tubuline, cible de ces anti-microtubules.
§ Dicarboximides et phénylpyrroles : mutations dans le gène codant une histidine-kinase probablement impliquée dans la régulation osmotique.
§ Anilinopyrimidines : résistance monogénique non liée à l'enzyme cible potentielle de ces antibotrytis affectant la biosynthèse de la méthionine.
§ Hydroxyanilides : résistance naturelle et acquise liée probablement à une monooxygénase à cytochrome P450.
§ MDR (" multiple drug resistance ")- résistance à plusieurs familles de fongicides, liée à une excrétion accrue, probablement liée à la surproduction d'ABC-transporteurs.
Néanmoins, il existe, à ce jour, des résistances dont nous ignorons la nature (ex. anilinopyrimidines). Dans d'autres cas, le lien fonctionnelle entre la mutation conférant la résistance et la cible du fongicide reste à élucider (ex. dicarboximides). Nous développons actuellement de nouvelles stratégies et marqueurs de transformation chez B. cinerea dans l'objectif de faciliter les études moléculaires des résistances. Les premiers résultats issus de ces études seront présentés.




Copyright Cirad 2001 - lyonnet@cirad.fr