Etude des bases génétiques de la résistance partielle du pommier à plusieurs races de Venturia inaequalis

F. Calenge ¹, A. Faure ¹, N. Vallet ¹, M.P. Joly ¹, E. Ruiz ¹, H. Labit ¹, A. Fouillet ¹, L. Parisi², F. Laurens¹, C.E. Durel¹
INRA,¹ Unité d'Amélioration des Espèces Fruitières et Ornementales,² Unité de Pathologie Végétale, BP 57, 49071 BEAUCOUZE cedex, France

La tavelure, causée par le champignon Venturia inaequalis, cause d'importants dégâts en verger commercial. La plupart des variétés commercialisées résistantes à la tavelure possèdent le gène Vf, qui confère une forte résistance à cette maladie. Or deux nouvelles races (6 et 7) de Venturia inaequalis récemment caractérisées sont capables de contourner la résistance conférée par ce gène (Bénaouf et Parisi, 2000). Il est donc nécessaire de trouver chez le pommier des sources de résistance durable à la tavelure. Un programme de cartographie génétique est en cours dans notre laboratoire afin d'étudier le déterminisme génétique de plusieurs sources de résistance partielle (supposées polygéniques) confrontées à la variabilité de Venturia inaequalis. Ce travail nous permettra de raisonner la construction de génotypes conférant une résistance potentiellement plus durable que celle des variétés porteuses de Vf. Nous avons génotypé 149 individus F1 issus du croisement entre Discovery et TN10-8 (variétés partiellement résistantes à la tavelure), avec environ 350 marqueurs (AFLP, isozymes et microsatellites) et testé en parallèle leur niveau de résistance vis-à-vis de 5 souches monoconidiales correspondant aux races 1, 6 et 7 du champignon et d'un inoculum prélevé en Suisse sur la variété Golden (Goerre, comm. pers.). Sur les cartes génétiques construites, des QTLs (Quantitative Trait Loci) de résistance à ces 6 souches ont été recherchés à l'aide du logiciel MC-QTL (LOD>3) (Jourjon et al., 2000). Trois régions génomiques, sur les groupes de liaison (GL) 1, 2 et 17, concentrent plusieurs QTLs de résistance à des races/souches différentes de Venturia inaequalis. Aucune région n'est détectée vis-à-vis de toutes les souches à la fois. Deux QTLs isolés ont été détectés vis-à-vis d'une seule souche (GL 5, 15). La plupart des QTLs détectés se trouvent à l'emplacement de gènes majeurs ou de QTLs de résistance à la tavelure et à l'oïdium (Durel et al., 2001 ; Dünemann, 2001) déjà cartographiés dans d'autres descendances. Les QTLs localisés dans une même région génomique pourraient correspondre à l'effet d'un seul gène ou aux effets de plusieurs gènes de spécificités différentes vis-à-vis de Venturia inaequalis et éventuellement membres d'une même famille. Ces résultats soulignent la complexité du déterminisme génétique des résistances partielles à la tavelure chez le pommier. Ils nous permettent d'envisager la construction de génotypes porteurs de résistances potentiellement durables en cumulant par sélection assistée par marqueurs les allèles favorables des principales régions génomiques que nous avons identifiées et les gènes majeurs disponibles chez le pommier.



Copyright Cirad 2001 - lyonnet@cirad.fr